(Test DVD) Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman & Eléa Gobbé-Mévellec

Le cinéma n’a de cesse de trouver son inspiration dans la matière littéraire et pour cause, les récits portant un regard sur notre monde sont nombreux. C’est notamment le cas du roman tragique de Yasmina Khadra, Les Hirondelles de Kaboul, dont Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec signent l’adaptation animée. Long-métrage soigné au ton grave, il permet d’auréoler le propos du roman d’origine d’un univers graphique touchant.

Synopsis : Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

Au fil d’aquarelles animées (la patte des Armateurs à l’origine d’Ernest & Célestine est évidente), Les Hirondelles de Kaboul développe son récit réaliste avec efficacité. Véritable plongée dans la violence d’un régime totalitaire usant des mécanismes de la terreur pour régner, le film porte un regard sans concession sur le sort réservé aux femmes dans le pays – une séquence de lapidation terrible ne laissant que peu de doutes sur la cruauté des dirigeants mais également des passants qui sont conditionnés. Pourtant, le scénario refuse tout manichéisme en présentant un panel de personnages cohérents : les hommes ne sont pas tous cruels même s’il leur arrive d’être aveuglés par le régime (Mohsen est, à ce titre, un personnage fort complexe) et les femmes ne sont pas toutes prêtes au sacrifice. Un regret demeure pourtant : en se focalisant sur les « résistants », le film prive le spectateur d’un recul critique qu’aurait permis la présence de séquences sur les convaincus du bien-fondé de la charria.

Pour conter un récit au contenu aussi âpre, les réalisatrices ont fait le choix d’une ambiance graphique douce. L’usage d’aquarelles atténue la violence de ce qui est raconté. D’ailleurs, Yasmina Khadra confirme que l’animation « tempère la tragédie » dans le making-of dédié au film. Mais ce choix graphique permet aussi les envolées poétiques propices aux envies de liberté des personnages au cœur de l’intrigue. Les magnifiques hirondelles du titre se métabolisent dans une scène finale aussi tragique que poétique. Le symbolisme emprunté par le film n’est pas le plus original qui soit mais il a le mérite de conclure avec attention un récit vibrant d’émotions. D’ailleurs, les nombreux plans fixés sur les ruines constituant le pays sont éclairants et valent à eux seuls la découverte du film tant ils donnent à voir les conséquences dévastatrices de la guerre au Moyen-Orient.

Finalement, la véritable force du long-métrage réside dans son intrigue. En contant plusieurs histoires qui se rejoignent en cours de métrage, on porte un regard pluriel sur la répression quotidienne à Kaboul (même si les faits contés ont plus de vingt ans, le fanatisme persiste…) Même si l’idée d’une libération de l’oppression n’est pas nouvelle et fait le sel de nombreuses œuvres du 7ème art, elle est traitée avec originalité. En créant un contraste entre la violence de la société dépeinte et les traits fins parfois seulement suggérés à l’écran, le film se détache du tout venant. De plus, sans trop appuyer son propos, le film dénonce ouvertement les incohérences de ceux qui prônent l’obscurantisme – le détour par une maison dans laquelle les femmes dévêtues obéissent à des talibans n’a rien d’anodin mais n’est pas trop souligné par la réalisation minimaliste (et ce n’est pas un défaut). Sans trop en dire, le film dit pourtant tout sur ce qui ne va pas jusqu’à la résolution finale faisant des armes du régime en place ses propres pièges. Alors on pourrait toujours souligner la brièveté du film (a l’heure où le cinéma nous abreuve de films dépassant les 120 minutes, Les Hirondelles de Kaboul en affiche seulement 74), le chemin balisé de l’héroïne, mais qu’importent les voies empruntées tant qu’il reste l’émotion.

En somme, ce premier long-métrage animé de Zabou Breitman est une belle proposition narrative. Même si le film ne réinvente pas grand chose, il a le mérite de proposer à un public élargi le propos tragiquement réaliste du roman d’origine.

EDITION VIDEO

Image & son : Sur le plan graphique, Les Hirondelles de Kaboul s’accommode à merveille d’une simple édition basse-définition. Si l’on regrette toujours l’absence d’une copie haute-définition pour certains films d’animation, preuve est de constater que le graphisme aquarellé du long-métrage de Breitman et Gobbé-Mévellec ne requiert pas une grande finesse technologique pour bien rendre à l’écran. Du coup, cette édition DVD suffit largement pour découvrir le film et son ambiance feutrée. Si vous avez aimé le film en salles, n’hésitez plus pour vous le procurer !

Du côté du son, une seule piste est proposée : la version française en Dolby Digital 5.1. Une belle piste à laquelle peut être ajoutée une piste audio-descriptive.

Interactivités : un making-of compose uniquement cette galette DVD. Mais quel making-of ! Alors que de nombreux éditeurs se contentent de featurettes de quelques minutes, celui des Hirondelles de Kaboul dure tout de même 34 minutes et propose de rencontrer plusieurs artistes ayant officié sur le film. De la réalisatrice Zabou Breitman à l’auteur du roman Yasmina Khadra, on en apprend plus sur les étapes de création du film. Il est notamment agréable d’assister au tournage des scènes avant l’étape d’animation, lorsque les acteurs jouaient leurs propres rôles. Un vrai plaisir pour ceux qui ont apprécié le film ! On en voudrait évidemment toujours plus mais c’est un bonus essentiel.

Article rédigé par Nathan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *