[Critique cinéma] Les Trolls.

les-trolls-logo-dreamworks

Je n’avais pas du tout été convaincue par les premières images du film Les Trolls, ni par le synopsis, mais j’étais prête à leur laisser une chance. Peut-être parce que Muriel m’avait vanté le travail préparatoire de fou des artistes, peut-être parce qu’il y avait Anna Kendrick (love girl), peut-être parce qu’au fond j’espérais être enfin surprise, après Comme des bêtes et Le monde de Dory. Et surprise, je l’ai été, car rien ne me préparait au résultat final, horripilant, décevant, désolant.

Connus pour leur crête de cheveux fluos et magiques, les Trolls sont des créatures délirantes et joyeuses et surtout les rois de la pop. Mais leur monde d’arcs-en-ciel et de cupcakes est changé à jamais lorsque leur leader Poppy, accompagnée de Branche et tous ses amis, doit se lancer dans une mission de sauvetage qui l’entraînera loin de ce petit paradis.

Si l’on devait en retenir quelque chose de positif, ce serait les cinq premières minutes. L’introduction est plutôt originale, avec un effet animation de papier collé (la princesse Poppy est très douée pour le scrapbooking). L’entrée du jeune prince des Bergens (les vilains), roulant à fond sur son pousse-pousse, réussit même à bien hameçonner le spectateur. Et quand ils découvrent que les trolls ont disparus, remplacés par des répliques en bois, je me suis dit “chouette, ce petit côté méta qui rappelle nos jouets en plastique à nous”. Et ensuite ? Ensuite, j’ai vomis des paillettes pendant 1h25 tout en essayant désespérément de me boucher les oreilles avec.

Image du film Les Trolls de Dreamworks avec la princesse Poppy

Les chansons s’enchaînent aussi vite que les “ressorts” scénaristiques usés jusqu’à la corde. Les premières, pourtant entraînantes et populaires, sont vites aussi agaçantes que la personnalité des personnages. Je ne peux pas m’avancer pour la version originale, mais entre l’adaptation des paroles pour le film et leur traduction française, on est pas gâtés. Et cette scène où la fille de cuisine Brigitte chante son amour pour le roi, dans un espèce de clip sans doute voulu drôle option méthamphétamine-psychopathe-dérangeante, est un vrai cauchemar… Vous vous êtes déjà demandé à quoi ressemblerait la vie si tout le monde chantait tout le temps, à la High School Musical ? Les Trolls vous apporteront la réponse, à vos risques et périls.

Je relis mes notes et je vois “c’est chiant”, puis plus loin “pitié sortez moi de là”. Avec un niveau de prévisibilité à faire mourir de jalousie Météo France et des dialogues dignes d’Amour Gloire et Beauté, Les Trolls n’est qu’un amas d’éléments tous plus éculés les uns que les autres. Sans oublier qu’il dégouline de bons sentiments, de leçons sur l’optimisme, l’amitié, l’amour… Tout n’y est que cupcakes et paillettes. Une recette contre laquelle je n’ai rien en général, loin de là (My Little Pony reste dans mon coeur), mais se révélant ici bien trop poussive. S’il n’était pas estampillé DreamWorks, Les Trolls ne rivaliserait qu’avec les DTV des bacs de supermarché. Une honte.

C’est d’autant plus dommage que le film possède un univers visuel très sympathique, coloré à outrance chez les trolls, triste et froid chez les Bergens. On découvre brièvement un bestiaire qui semble bien dangereux, et l’idée de donner des “pouvoirs” aux cheveux des trolls est plutôt bien vue (à l’image de la façon dont Branche s’en sert comme fouet pour chasser des araignées). Et je suis restée toute chose devant la texture des trolls, qui rappelle parfaitement le revêtement pelucheux tout doux des jouets de l’époque. Des visuels flashy, plein d’énergie, et qui auraient pu être tellement mieux utilisés avec, disons, simplement, pourquoi pas, c’est à essayer, un scénario ?

En somme, je le déconseille, et pas seulement aux adultes qui s’ennuieraient comme jamais. Les enfants, qui reste un public facile, se laisseront peut-être porter par la musique, mais pas plus. Dans la salle, tous les gags sauf un sont tombés à plat : seul la scène où Branche jette la guitare au feu, vue dans les bande-annonces, a fait rire les petits. Il y a tellement mieux au cinéma en ce moment, faites-moi plaisir, ne les emmenez pas voir ça. Tentez plutôt Kubo et l’armure magique, Ma vie de courgette ou, si vous voulez rester dans le mainstream, Cigognes et Compagnie (je ne l’ai pas vu mais je parierais volontiers dessus, et il ne peut pas être pire que Les Trolls).

Coralie

Née à l’heure des contes et baptisée par le Père Noël, je n’ai jamais perdu mon amour des bonnes histoires et de l’imaginaire. Sûrement atteinte du syndrome de Peter Pan, je suis passionnée par l’animation, la bande-dessinée et les contes & légendes. Un jour j’épouserai Zorro et nous élèverons des Pokémons dans notre château sous la mer.

  • reply Delicatesstef ,

    Je confirme que Cigognes et Cie, ben c’est vraiment sympa, frais et émouvant!

  • reply Cordell ,

    Ouhloulou, grand fan de Dreamworks (quoique de moins en moins), ça m’a refroidi cette review mais j’irais le voir quand même ce weekend. J’aimerais en avoir le coeur net !
    This is sad, l’univers me séduit grave.

    • reply Aurélia ,

      Wouah je n’en reviens pas que l’on puisse critiquer autant ce film d’animation qui certes Haut en couleur et paillettes mais c’est fun et surtout tous ces tubes revisités version française que les petits adorent chanter à tue-tête … Dommage d’ailleurs qu’il n’aient pas sortis le CD version française mes enfants en sont fans !!!!! N’hésitez pas regarder avec plaisir ce film et vous verrez que vous fredonnerez avec vos p’tits bouts Surtout ne croyez pas la critique ci-dessus !!!!

      • reply Warner Animation Group : le programme 2017-2020. - Le festival d'Annecy par Focus on Animation ,

        […] dont la filmographie n’est pas rassurante à mes yeux (Shrek 4, Alvin et les Chipmunks 3, Les Trolls), tandis que Phil Lord et Chris Miller laissaient leur place pour se contenter d’écrire le […]

        Leave a comment

        • 9 ans d'existence • + 2 600 articles • + 9 600 commentaires • + 7,8 millions de visiteurs • + 37 millions de pages vues


          Focus on Animation est une association loi 1901 à but non lucratif .

          Les pages de ce site contiennent un certain nombre de contenus (images, logos, vidéos, etc.) soumis à un ou plusieurs copyrights. Sauf mention contraire, ces contenus sont utilisés uniquement à titre informatif et promotionnel pour les ayants droits, et restent la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs.

          Pour tout contact, merci d'utiliser la page de contact.

          Partenaire officiel de :