Exceptionnel ! Immersion dans l’antenne parisienne du studio TeamTO !

teamto-logo

Au mois de décembre 2013, nous avons eu la joie de visiter les locaux parisiens des studios TeamTO. Chtounet, reporter sans frontières (enfin si, celle du périph’ quand même) est allé à la rencontre de Constance, chargée de communication de l’entité, et de Guillaume Hellouin, Président, Producteur et fondateur (aux côtés de Corinne Kouper et Caroline Souris) de TeamTO ! Cet entrepreneur inaccessible la plupart du temps (retenez bien son visage, il est partout à la fois !) a eu l’extrême gentillesse de nous accorder quelques minutes de son précieux temps. Une merveilleuse rencontre avec le plus charmant des accueils et une interview à lire sans plus attendre ci-dessous !


guillaume-hellouin

Bonjour, tout d’abord, est-ce que vous pourriez vous présenter et présenter TeamTO?

Alors je m’appelle Guillaume Hellouin et je suis l’un des fondateurs du studio TeamTO, qui est un studio d’animation 3D indépendant qui a la particularité de fabriquer de sa production en France. On a un studio à Paris, un studio à Bourg-Lès-Valence et un bureau à Los Angeles. Actuellement, nous employons environ 260 personnes qui travaillent sur trois séries télé et un long-métrage.

J’ai vu dans la présentation de TeamTO que vous aviez une formation dans le marketing, comment vous en êtes arrivé dans le secteur de l’animation?

C’est un pur hasard. En stage de fin d’école de commerce, j’ai fait un stage chez IBM sur les premiers PC qui ont donné naissance à l’informatique graphique, c’était en 1987, ça m’a fasciné et je n’ai eu de cesse de continuer, c’était le coup de foudre.

Vous avez fait le choix de faire de l’animation 3D avec TeamTO, est-ce que d’autres formes d’animations vous attirent, comme la stop-motion par exemple?

Alors à titre personnel, je suis un fan d’animation quelque soit la technique utilisée, maintenant mon expertise c’est la 3D, je n’ai toujours fait que ça et du coup, on a fait quelques petites expériences en animation traditionnelle, à titre expérimental, des projets sur des formats très très courts. On avait quelque chose avec Pierre Huyghe pour la bienhale de Venise en 2001, ou autour, c’était une expérience tout à fait enrichissante, on avait quelques secondes d’animation, mais c’est surtout des rencontres qui peuvent amener à sortir de nos habitudes, mais nous restons un studio d’animation 3D.

Vous avez plusieurs antennes, vous avez notamment cité celle aux USA, comment se passe la coordinations entre tous les emplacements?

Alors Los Angeles, c’est juste un bureau commercial, ce n’est qu’une personne, donc c’est facile à coordonner. Après, entre Paris et Valence, on a des chefs de poste qui, pour chacun des départements concernés, font le lien entre Paris et Valence. Et en fait suivant les projets, les équipes s’organisent pour se passer les bonnes informations au bon moment. On a pas de typologie standard, il y a des projets entièrement fait à Paris et d’autres entièrement fait à Valence. Et puis la plupart, c’est des projets qu’on partage, sachant qu’on fait pratiquement toute l’animation à Valence et la pre-prod et la post-prod à Paris.

Est-ce que vous envisagez d’ouvrir de nouvelles antennes?

Non, ça ce n’est pas dans les plans. On a l’intention de continuer à s’agrandir, l’agglomération de Bourg-Lès-Valence est en train de rénover un batiment dans lequel on va pouvoir emménager un peu avant l’été 2014 et qui va nous permettre de quasiment doubler les effectifs à Valence, pour atteindre environ 200 personnes et donc voilà, mais rouvrir un autre site, ce n’est pas prévu et nous ne voyons pas la nécessité de le faire.

Chez TeamTO vous avez une particularité, c’est d’avoir une production 100% française. D’où vous est venu cette idée à la base?

En fait, on a expérimenté plusieurs modèles, dont le fait d’avoir un studio en Asie. Du temps de Sparx nous avions un studio en Asie de 100 personnes qui tournait très bien. Quand on a redémarré TeamTO, on avait très peu de mise de fond initiale, donc nous n’avions pas les moyens de construire un studio à partir de rien, du coup on a essayé de travailler avec des studios délocalisés. On a essayé plusieurs pays, plusieurs studios et à chaque fois on restait un peu sur notre faim. Les projets sortaient, on avait une qualité acceptable, mais on ressentait qu’on dépensait beaucoup d’énergie à transmettre la passion qui nous anime et au final il y avait une grande perte d’énergie et même au niveau des résultats ce n’était pas à la hauteur de nos espérances. Et du coup, en 2008 on s’est posé la question de rapatrier en France ce qu’on faisait à l’étranger. On a été aidé grâce au crédit d’impôt qui venait d’être mis en place et qui a permis de faire la différence, combiné à des aides régionales et au final ça a achevé l’idée de tout rapatrier. On s’est donc lancé. Nous étions une petite entité, d’une vingtaine de personnes et on a réussi à grossir. Et avec la qualité des projets et le nombre de projets grandissants, on a multiplié par presque 8 les équipes en 5 ans. C’était un beau challenge !

Vous avait fait essentiellement des séries et maintenant vous vous lancez dans le long-métrage, avec notamment Gus et Les Artificiels. Est-ce que c’est une volonté de continuer sur le long terme?

gus-logo-fr-teamto

C’est clairement un axe de développement stratégie affirmé. Le long-métrage c’est assez fascinant, c’est très valorisant pour les équipes, c’est une aventure incroyable. Quand on pense à ce qu’on faisait il y a 20 ans, c’est vrai qu’avoir la possibilité de produire des long-métrages en 3D, c’est assez excitant. On va essayer autant que faire se peut de continuer dans cette direction. On verra, quand on aura fini le premier, il sera temps d’en tirer des conclusions.

Haute définition exclusive au site ! Une bouille pareille ça donne la pêche :)

En ce qui concerne Les Artificiels, est-ce que vous pourriez nous en dire un peu plus sur ce film hybride qui mélange animation et prises de vues réelles?

Qui mélangera ! Parce que pour l’instant il en est vraiment au développement, c’est les prémisces ! En fait il y a un univers graphique qui a été créé par Emmanuel Lepas, un univers fascinant, très beau et en fait on est actuellement de développer l’histoire avec Arthur Qwak qui est un réalisateur avec qui on aime bien travailler. Pour l’instant on voudrait faire un film de science fiction qui mélangera prises de vues réelles et animation et on envisage un film tout public, pas spécialement tourné vers les enfants. Un film qui pourrait être dans la veine de Bienvenue à Gattaca.

Ah bein j’avais justement une question à propos de votre catalogue qui vise majoritairement un public jeune et je voulais justement vous demander si vous vouliez viser des tranches un peu plus hautes !

Et bien on a déjà produit Plankton Invasion, qui n’est pas une série purement jeunesse, mais une cible plus large, avec notamment les ados et les jeunes adultes. (Note de Chtounet : et là, c’est le moment ridicule où j’avoue que c’est une des rares séries TeamTO que je n’ai jamais vu et où je me fais gentillement chambrer). Ça c’est plus large, c’est vraiment une série famille. Après, suivant les sujets, on ne s’interdit pas d’aller dans des secteurs plus âgés, sachant que le marché de la télévision, le cœur de ce marché, c’est l’animation pour les 8-10 ans. On est un peu contraint par la demande. Mais on prend autant de plaisir à faire du pre-school, du 8-10 ou des choses pour les ados. C’est le projet qui prime, après la cible ça dépend du financement, mais il y a moyen de faire des choses qui sortent des cadres.

Pour le long-métrage Gus, vous avez pris la décision de mettre en avant un jeune talent en la présence de Benjamin Renner. Est-ce que c’est une volonté de TeamTO que de mettre en avant les jeunes talents pour vos productions?

benjamin-renner

Ce n’est pas une volonté, c’est une histoire de rencontre. On n’hésite pas à donner leur chance à des gens de talents. Effectivement quand on a confié le design de Gus à Benjamin Renner, il était encore à l’école. Bon entre temps, il a réalisé magistralement Ernest et Célestine, donc maintenant ce n’est plus un petit jeune, c’est même un réalisateur confirmé. Effectivement quand on l’a rencontré il était vraiment nouveau là dessus et en fait nous avions vu son film de fin d’étude avant qu’il soit terminé et qui a d’ailleurs eu un Lion D’Or. Il était vraiment magnifique et émouvant, dans le style que l’on voulait développer pour Gus. Donc c’est vraiment ça qui a motivé la rencontre avec Benjamin Renner.

A TeamTO, vous vous êtes lancés dans la démarche Ecoprod. Concrètement, qu’est-ce que ça représente pour un film d’animation?

logo-ecoprod

La démarche Ecoprod c’est vraiment une volonté des fondateurs du studio et ça dépasse la production d’un film, c’est vraiment à l’échelle d’un studio et ça passe par des actes quotidiens auxquels on réfléchit pour essayer de minimiser l’empreinte carbone. C’est aussi bien le fait de commander de l’électricité à l’origine 100% renouvelable, ce qu’on a fait depuis le début de TeamTO, c’est le fait de ne pas avoir de gobelets en plastique dans le studio, de laver des mugs tous les soirs plutôt que d’avoir entre 200 et 300 gobelets de jetés par jour à la poubelle. Et puis après voilà, c’est pleins de petites attentions qu’on essaie d’avoir et essayer d’éduquer la conscience des gens pour qu’ils rentrent dans une logique de développement durable.

Et enfin la dernière question : comment voyez-vous l’avenir de TeamTO?

Je ne suis pas Madame Irma *rire* je suis un entrepreneur et à ce titre, je me dois d’être à la fois volontaire et surtout particulièrement optimiste, du coup l’avenir de TeamTO je le vois radieux, avec pleins de projets super et effectivement des séries, des longs-métrages, des développements interactifs que nous sommes en train de mettre en place avec des partenariats nouvellement créés et puis voilà. Je pense qu’on a une démarche de promotion, de découverte et d’accompagnement des jeunes talents et je pense que c’est quelque chose de crucial pour créer des projets qui traversent les frontières. On continuera d’aller dans cette direction et on espère que se faisant, on pourra attirer toujours autant des artistes qui auront envie de mettre leur talent au service de ces projets.


Une galerie de photos d’une partie des locaux est visible ci-dessous. La même galerie est disponible en vue « plein site » à cette adresse !

David

On dit souvent que les loutres, c’est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d’animation et en parler par ici. On dit aussi qu’il le fait parce qu’il aime les coups de fouet d’Anthony, mais chut !


Leave a comment

  • 9 ans d'existence • + 2 600 articles • + 9 600 commentaires • + 6,9 millions de visiteurs • + 33 millions de pages vues


    Focus on Animation est une association loi 1901 à but non lucratif .

    Les pages de ce site contiennent un certain nombre de contenus (images, logos, vidéos, etc.) soumis à un ou plusieurs copyrights. Sauf mention contraire, ces contenus sont utilisés uniquement à titre informatif et promotionnel pour les ayants droits, et restent la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs.

    Pour tout contact, merci d'utiliser la page de contact.

    Partenaire officiel de :