Que donnent les résultats des 44èmes Annie Awards ?

Comme chaque années, nous avons regardé en direct la cérémonie de remise des Annie Awards, avec tout de même assez peu de suspense vu le nombre de nominations dévolues à Disney, qui est également l’un des contributeurs majoritaires de l’Asifa, un aspect qui a tendance à lever des suspicions sur la bonne démarche des récompenses.

En attendant de déjouer un énième complot, voici ce qu’a donné les deux heures de cette cérémonie, qui a connue quelques petits couacs (moins que les années précédentes) et de très grosses tranches de rire, avec le duo John Musker/Ron Clements toujours du feu de Dieu, des blagues échangées entre le basketteur Kobe Bryant et Glen Keane ou encore l’intenable John Kenny accompagné de James Hong.

Disney toujours majoritaire

Avec dans les poches pour Zootopie le meilleur storyboard (Dean Wellins), le meilleur Character Design (Cory Loftis), meilleure voix masculine (Jason Bateman), meilleur scénario (Jared Bush et Phil Johnston), meilleure réalisation (Rich Moore, Byron Howard) et meilleur film ! Vaiana repart quant à lui avec la meilleure voix féminine (Auli’i Cravalho) et les meilleurs effets visuels dans une production animée. Disney Animation Télévision arrache un Annie pour le meilleur montage pour Illya Owens. Pixar fait chou blanc niveau long-métrage mais repart avec le meilleur court-métrage pour Piper, d’Alan Barillaro.

kubo and the two strings

Laika remercie Kubo…

…tandis qu’une partie des gens récompensés ne se sont pas privé pour remercier Shannon Tiddle, au grand dam de Travis Knight. Kubo et l’armure magique repart avec le meilleur montage pour un long-métrage (Christopher Murrie), le meilleur production design (Nelson Lowry, Trevor Dalmer, August Hall, Ean McNamara) et la meilleure animation (Jan Maas). Chaque année, Laika prend de l’ampleur et c’est une vraie récompense pour les artistes qui y travaillent, tant les retours sur le management ne sont pas si merveilleux.

DreamWorks Television Animation encaisse…

Et c’est la série télévisée de Rodrigo Blaas et Guillermo Del Toro, Chasseurs de Trolls, qui ratisse la majorité des prix, notamment le meilleur storyboard pour Hyunjoo Song, le meilleur Character Design (Victor Maldonado, Alfredo Torres, Jules Rigolle), la meilleure animation pour un personnage de série télévisée (Mike Chaffe) tandis que Le Show de M. Peabody & Sherman récupère la meilleure voix pour Carlos Alazaraqui, qui s’est fendu d’une imitation de Trump plus vraie que nature.

Google Spotlight Stories émerge…

Pearl, de Patrick Osborne fait lui aussi le plein avec la meilleure musique (Alexis Harte, JJ Wiesler, Scot Stafford), le meilleur production design (Tuna Bora) et meilleure réalisation pour Patrick Osborne, ce qui laisse présager du meilleur, à la fois pour la suite de sa carrière et pour la plate-forme Google Spotlight, qui a également reçu un Ub Iwerks Award pour les évolutions techniques pour l’animation.

…et laisse des miettes

Parfois, les Annies sont tous raflés par une série en particulier, mais ce ne fut pas le cas cette année, le reste des prix se sont répartis de manière assez naturelle avec deux prix pour Bob’s Burger (meilleure série, meilleure scénario pour un épisode), le meilleur épisode d’une série jeunesse pour l’épisode en stop motion  réalisé par Kristen Lepore, Bad Jubies et produit chez Bix Pix, un studio d’animation qui a fait un doublé en recevant également un prix pour Tumble Leaf.

Le Petit prince repart bredouille…

…sauf pour la meilleure musique (Hans Zimmer), tandis que La Tortue Rouge de Michael Dudock de Wit repart avec le tout nouvel Annie du meilleur long-métrage indépendant. Passion Pictures, à la grande surprise de sa représentante, s’est vu décerner coup sur coup le meilleur spécial animé pour l’excellent Pear Cider and Cigarettes de Robert Valley et la meilleure publicité animée pour Night Shift de Loteria.

Enfin le Annie du meilleur court-métrage est revenu à Citipati d’Andreas Feix, tandis que les trois Winsor McCay Award, donnés pour l’ensemble d’une carrière dans l’animation, furent remis au vétéran Dale Baer, à l’artiste canadienne Caroline Leaf et à Mamoru Oshii, dont le discours fut émaillé de problèmes avec sa traductrice, qui n’avait pas de retour son ! Un prix spécial fut remis au documentaire Life, Animated et le June Foray Award remis au couple Bill et Sue Kroyer.

Revoir la cérémonie des 44 èmes Annie Awards

Source : Annie Awards

Nicolas

Éditorialiste et contributeur occasionnel. Amateur de toutes formes d'animations. Adore fureter sur l'internet avec sa lampe frontale pour dénicher des raretés animées. Écrit ses autres lubies et obsessions pop-culturelles sur Grawr.fr

Vous aimerez aussi :

  • reply matt ,

    Pour moi Troll Hunter ne merite pas tant. Personne ne parle du fait que le studio Arc a Toronto a ferme ses portes et foutu 500 personnes a la porte sans les payer en parti « grace » a Troll hunter…
    Dreamworks n’est plus bon qu a refiler ses projets en urgence a d’autres studios qui se ruinent avec ca.
    (bon evidemment les gerants se cassent avec avec la caisse , dreamworks se felicitent des prix et et c’est les artistes qui trinquent)
    c’est beau !

    • reply Nicolas ,

      Hélas, c’est le jeu de toutes les filiales TV US de sous-traiter l’animation, depuis le Canada jusqu’à la Corée. Pour Arc, vu que le carnet de commande était plein lors de la banqueroute, c’est surtout le management qui semble en cause, et les pratiques ultra concurrentielles ayant lieu (et le manque de syndicat) au Canada n’arrangent rien, comme l’a déjà démontré le scandale lié à Sausage Party. Ça reste bien triste, on est d’accord !

    • reply matt ,

      Prendre et aviser ensuite.
      Au pire, il y aura toujours un autre studio qui reprendra le projet et le terminera…
      C’est le jeu, je suis actuellement en train d’y jouer justement puisque je bosse sur un de ces longs.
      Voyons le point positif, ca fait du boulot pour nous petits artistes.
      Au passage , tres bon article et de bonnes surprises lors de ces awards, fort content pour la tortue rouge notamment.

      • reply Nicolas ,

        Oui, c’est un jeu qui comporte de gros risques, mais pas pour le client, qui reste roi. Même si Disney reste encore très majoritaire, les choses bougent tout de même petit à petit sur les Annies. Le nouveau Annie pour le meilleur film d’animation indépendant est un premier pas.

      Leave a comment

      • 8 ans d'existence • + 2 500 articles • + 9 500 commentaires • + 6,2 millions de visiteurs • + 30 millions de pages vues


        Focus on Animation (focusonanimation.com) est un site indépendant, amateur, non officiel, à but non lucratif. Les pages de ce site contiennent un certain nombre de contenus (images, logos, vidéos, etc.) soumis à un ou plusieurs copyrights. Ces contenus sont utilisés uniquement à titre informatif et promotionnel, et restent la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs.

        Pour tout contact, merci d'utiliser la page de contact.

        Partenaire officiel de :

        les-toiles-enchantees